ACTUALITESActualites.htmlshapeimage_1_link_0
PARTENAIRESPartenaires.htmlshapeimage_2_link_0
LA COMPAGNIELa_Compagnie.htmlshapeimage_3_link_0
CONTEMPORAINContemporain.htmlshapeimage_4_link_0
BAROQUEBaroque.htmlshapeimage_5_link_0
REPETITIONS PARTICIPATIVESRepetitions_participatives.htmlRepetitions_participatives.htmlshapeimage_6_link_0shapeimage_6_link_1
VIDEOSVideos.htmlshapeimage_7_link_0
COLLABORATIONSCollaborations.htmlshapeimage_9_link_0
 

Tournesol, Artistes à l’hôpital

Tournesol, une présence artistique dans les établissements de soins

Depuis 1990, l’objectif de Tournesol, Artistes à l’hôpital est d’accompagner l’hospitalisation en proposant des activités artistiques dans des lieux traditionnellement réservés aux soins. Ainsi Tournesol, crée des moments de rencontre entre des créateurs, des artistes, désireux de partager leur passion et les personnes hospitalisées. Tournesol, Artistes à l’hôpital est présent dans une quarantaine d’hôpitaux de court, moyen et long séjour (médecine, cancérologie, psychiatrie, rééducation, polyhandicap, gériatrie...), ainsi qu’auprès de personnes désocialisées (Samu social, CASH de Nanterre), essentiellement en Ile-de-France et dans le Nord Pas-de-Calais mais aussi dans toute la France pour des missions d’expertise. Autour des valeurs de solidarité, d’excellence artistique et de diversité culturelle, Tournesol cherche à s’adapter au plus prêt des conditions d’hospitalisation pour rencontrer les patients et les résidents sur leurs lieux de soins, avec pour priorité d’aller vers les plus  isolés et les plus démunis, de soutenir les démarches de soins, de réadaptation et de réinsertion mais également la fin de vie, et de participer à l’enrichissement et la vitalité de la vie culturelle des établissements de santé.


Tournesol, partenaire du programme interministériel Culture Santé

Présente sur le terrain depuis 24 ans, Tournesol, Artistes à l’hôpital est un acteur reconnu de la culture à l’hôpital. Elle fait partie du réseau national Culture Santé. Tournesol, Artistes à l’hôpital propose également des formations destinées aux artistes et aux personnels hospitaliers et des travaux d’expertise « culture santé » locaux et régionaux.


Tournesol, un travail de création et des projets adaptés aux établissements

Cette présence artistique s’accompagne d’un travail de création : les artistes expérimentent à l’hôpital des répertoires, des collaborations inédites, de nouvelles formes d’intervention et des créations artistiques. Chaque projet est construit en étroite collaboration avec les hôpitaux afin de trouver la forme artistique et la programmation adaptée à chaque structure de soin : concerts ou spectacles dans les services, au chevet des patients, cycles d’ateliers.


Des artistes professionnels encadrés dans leur parcours à l’hôpital

Tous les artistes programmés sont des professionnels rémunérés par l’association ou dans le cadre de partenariats avec des structures culturelles. Tournesol, Artistes à l’hôpital les forme et les accompagne tout au long de leur parcours à l’hôpital.


Une collaboration née en 2008


Les deux associations partagent une réflexion commune sur les pratiques d’interventions artistiques dansées en milieu hospitalier, réflexion qui fait l’objet de la collaboration entre Tournesol, Artistes à l’hôpital et la Compagnie Pasarela.


Depuis 2008, plusieurs spectacles de la Compagnie Pasarela participent à la programmation de Tournesol, Artistes à l’hôpital : Êphe & Ïna, L’Amusette Baroque - version concert dansé - et Histoires à Danser Debout ont ainsi été présentés dans hôpitaux et des maisons de retraite.

Mais la collaboration ne s’arrête pas là. Flora Sans est également intervenue pour Tournesol, Artistes à l’hôpital dans le cadre du dispositif «Enchantons la cuisine» en 2009 dans un collège SEGPA, a participé aux formations des élèves infirmiers de l’IFSI de Suresnes, a donné des ateliers de danse contemporaine auprès d’adolescents en psychiatrie (Montesson, 2010). Flora Sans a également été invitée par l’association Tournesol, Artistes à l’hôpital à participer en Avril 2009 à un colloque à l'Espace Ethique autour du thème «Liberté, autonomie et consentement» avec Elisabeth de la Genardière, directrice de Tournesol, Artistes à l’hôpital et Sylvie Simonelli, alors cadre supérieur de pôle à l'hôpital Saint-Louis AP-HP.


Crédits photos :

Francesco Acerbis et Tournesol, Artistes à l’hôpital

Photos 2011, Histoires à Danser Debout, Maison de retraite Aulagnier

Interview de Flora Sans par Delphine Maugars, 6 février 2015

Flora Sans, chorégraphe et interprète, est la première danseuse à avoir intégré Tournesol, Artistes à l’Hôpital. Stimulée par les enjeux éthiques et les contraintes artistiques posés par l’hôpital, elle y a puisé les leviers de créativité au fondement du projet de sa compagnie, Pasarela. Créés pour le contexte hospitalier, ses spectacles sont aujourd’hui diffusés dans les espaces les plus divers. Elle témoigne aujourd’hui de son expérience et de son analyse des questions que l’hôpital pose à l’artiste.

Comment as-tu commencé à travailler avec Tournesol, Artistes à l’hôpital ?
En 2005, j’ai suivi une formation d’une semaine sur la culture à l’hôpital, proposée par Elisabeth de la Genardière [directrice-fondatrice de Tournesol]. Cela m’a permis de comprendre toutes les contraintes posées par l’hôpital. A la fin de la semaine, j’ai commencé à imaginer Êphe & Ïna, premières de mes créations que Tournesol a diffusées et premier spectacle de danse de l’association ! Pour mieux me préparer, j’ai suivi plusieurs interventions de Tournesol, pour voir un peu les différents types d’organisation spatiale, d’architecture, de revêtement de sol, de mobiliers, de circulation des gens, etc. Je me suis dit que toutes ces contraintes pouvaient être des sources de créativité, et je les ai transformées pour que ça devienne une marque de fabrique de ma compagnie, Pasarela.

Quelles sont justement ces contraintes et comment y as-tu répondu ?
Il y a d’abord l’état physique des patients, leur fatigue. Pour m’y adapter, je me suis dit qu’il fallait une boîte dans laquelle les gens choisiraient des objets, chaque objet appelant une séquence chorégraphique courte, 3-4 minutes au maximum, de telle sorte que les patients puissent prolonger le spectacle ou l’interrompre, en fonction de leur état. Ensuite, l’hôpital pose un problème d’espace : petites superficies, plafonds bas, sols en béton, mobilier en nombre. On a donc commencé à créer des spectacles sur 4x4 mètres ou 2x2 mètres, avec peu de sauts et de passages au sol, une amplitude de mouvement mesurée, etc. On a essayé de faire des choses à la fois très écrites, pour avoir des petits bijoux chorégraphiques, et en même temps très improvisées pour pouvoir nous adapter aux réactions du patient. C’était très aléatoire pour nous, donc nous nous sommes beaucoup entraînées, dans des cafés, ou chez des particuliers. C’était très intéressant de voir qu’en fait j’ai traité l’espace de la même manière que pour les grands plateaux : quand je suis en train de créer, même sur des carrés de 2x2 mètres, je me dis toujours « avant-scène, fond de scène, grande diagonale, profondeur » ! La dernière contrainte est la diversité des personnes hospitalisées : quand tu entres dans une chambre, tu ne sais pas quel âge a la personne en face de toi, ni d’où elle vient. Tu ne connais pas son accès à la danse. Il fallait donc choisir des médias accessibles à tous : les cinq sens avec Êphe & Ïna, les contes
avec Histoires à Danser Debout.

Parle-moi un peu de ces deux spectacles...
Êphe & Ïna est l’adaptation d’un roman, Océan Mer d’Alessandro Barico, d’un point de vue sensoriel. Derrière ce projet, deux enjeux: réussir le pari d’aller dans des lieux qui ne sont pas du tout faits pour la danse, et montrer que la danse contemporaine n’est pas forcément ce qu’on peut s’imaginer. C’est un spectacle tout en douceur, tout en délicatesse, qui part des cinq sens. C’est un bon moyen de communiquer sans les mots avec des gens qui sont mal en point, tout en restant ludique et malicieux. Histoire à Danser Debout est décliné sur le même modèle : les contes touchent la mémoire collective, et même si on rencontre quelqu’un qui n’a pas la même culture, le principe du conte appelle un inconscient
collectif. Ce spectacle touche énormément les personnes âgées car ça les replonge dans l’enfance. Dans les deux cas, j’ai favorisé le rapport au sensible et l’adaptabilité.
site internethttp://www.associationtournesol.com/saison-artistique/compagnie-pasarela/Tournesol,_Artistes_a_lhopital_files/dossier_HDD.pdfshapeimage_18_link_0
Presse.pdfTournesol,_Artistes_a_lhopital_files/Presse_Tournesol.pdfhttp://www.associationtournesol.com/phototheque/nggallery/phototheque/histoires-a-danser-debout-maison-de-retraite-aulganier/shapeimage_19_link_0
Les_Ecuyers_du_Temps.html

(c) Le Cube

                                                                                                                                                                Les_Ecuyers_du_Temps.html






LES COLLABORATIONSCollaborations.htmlBaroque.htmlshapeimage_33_link_0